Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Off

Cracovie

26 Janvier 2022 , Rédigé par Philippe Caussanel

Je me sens bien ici.

Je ne comprends pas la langue et les Polonais ne parlent pas ou peu anglais, et encore moins français. Les locaux ne sont pas vraiment accueillants, c’est le moins que l’on puisse dire. Je n’ai jamais vu des gens aussi sombres et fermés, à l’image de tableaux de leur château Wawel. Le temps est maussade, mais je me sens étrangement bien ici.

Cracovie en hiver, c’est mon exotisme à moi, avec sa neige, son ciel bas et ses trams, ses parcs aux arbres squelettiques qui fragmentent le pourpre firmament en fin de journée. Pas ou très peu de touristes. Avant de venir, j’ai regardé un reportage intéressant consacré à la Pologne, où l’on voyait des hordes de touristes, menées par des guides munis d’un petit drapeau dans les rues de Cracovie. Heureusement, ces dernières sont quasiment vides actuellement. On doit être hors saison, comme dirait Cabrel

Enfin, il y a la belle architecture du centre de cette petite ville préservée des cataclysmes de l’histoire, une architecture bien entretenue qui côtoie des bâtiments plus sombres, aux façades décrépies.

Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie

La nuit, le contraste est encore plus saisissant entre les rues touristiques bien éclairées et la lumière blafarde des alentours.

Au détour d’un porche obscur, un parfum de passé soviétique flotte, avec son cortège de personnages de romans, de films : ici, une parfaite planque pour un agent du SB*, là, un échappatoire pour une opposante poursuivie.

Si l’appartement loué par Marie est moderne et confortable, l’entrée grisâtre de l’immeuble, l’escalier en bois sec et usé, l’éclairage minimal vous plonge dans une autre époque.   

Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie

Si ma mémoire ne me joue pas de tour, mon premier et seul contact avec la Pologne date de mes douze, treize ans. J’avais pioché dans la bibliothèque parentale « Education européenne » de Romain Gary. Je me demande ce que j’avais pu comprendre à ce livre à cet âge. Me restent en mémoire cette ambiance de guerre, ces deux jeunes résistants amoureux cachés dans une forêt, la description de quelques relations charnelles. Il faudrait que je le relise.

Ensuite, dans la découverte de la culture slave, il y a eu la lecture de plusieurs romans de Milan Kundera après la projection de « L’Insoutenable Légèreté de l’être » au cinéma. Comme tous les évènements marquants et malgré ma mémoire défaillante, je me souviens des circonstances où j’ai découvert ce film, la Place de la Comédie et de la discussion que nous avions eue avec les amis après la séance au fast food du coin.

D’autres films ont suivi, plus légers, comme Kolya, un de mes préférés, ou bien ceux plus loufoques de Kusturica, un Serbe… passé par l’école tchèque !

Il m’aura fallu attendre cinquante quatre ans pour une première incursion dans les anciens pays de l’Est. En me connaissant un peu mieux à présent, quelle autre destination me proposeriez vous dans la région?

 

* KGB polonais, le Służba Bezpieczeństwa

Cracovie
Cracovie
Cracovie
Cracovie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article